Mexique : la mondialisation favorise les tueries

Mexique : la mondialisation favorise les tueries

23/05/2012 – 10h00
MEXICO (NOVOpress) –
Les gangs ensanglantent le Mexique. Il y a quelques jours, à l’est de la ville de Cadereyta (État du Nuevo Leon), 49 cadavres mutilés, certains décapités ou d’autres sauvagement dépecés, ont été retrouvés dans des sacs poubelles, éparpillés sur le bitume. Une situation qui s’aggrave : 16 400 mexicains auraient été victimes de telles violences en 2011, contre 15 273 en 2010 et 9 614 en 2009.

Depuis 2007, plus de 50 000 assassinats ont été perpétrés au Mexique. Pour le psychanalyste mexicain Benjamin Mayer Foulkes, la progression de cette délinquance ultra-violente est le « symptôme de la face cachée de la mondialisation ». Cité par Le Monde, le spécialiste ajoute : « La multiplication d’échanges hors de tout cadre juridique suscite les trafics sauvages de stupéfiants, d’autres substances illicites, d’armes, de personnes, d’organes, d’esclaves sexuels, et même de détenus ». La mondialisation marchande et humaine, un fléau sanglant : « Les gangs latinos sont des acteurs et le produit de la mondialisation, formés dans la creuset cosmopolite des prisons aux Etats-Unis », souligne également Benjamin Mayer Foulkes.

Mexique : la mondialisation favorise les tueries

Crédit photo : Pateando Piedras via Flickr, licence CC.