Défends ton église

Après Saint-Etienne-du-Rouvray : Défends ton église !

31/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Depuis l’assassinat, par égorgement, du père Hamel en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, un mouvement spontané a émergé sur les réseaux sociaux : #DefendsTonEglise. Une page Facebook annonce des rassemblements un peu partout en France.

A l’origine de ce mouvement se trouve Diane, 26 ans, catholique non pratiquante. Elle explique que, très touchée par l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, qu’elle a ressenti comme une attaque contre la culture française, elle souhaite interpeller les pouvoirs publics afin que les catholiques puissent prier en paix et en sécurité.

Concrètement, elle annonce que, dans de nombreuses villes, des Français se regrouperont devant des églises pour distribuer des tracts appelant à la mobilisation des autorités face à la barbarie islamiste.

Partout en France, des centaines de personnes répondent présent. Novopress sera demain à Paris pour un reportage sur ce mouvement.

Défends ton église Tract

André Bercoff : "Le fossé se creuse de plus en plus entre une France abritée et une France exposée"

Anonymisation des terroristes : du f(l)outage de gueule – par André Bercoff

30/07/2016 – FRANCE (NOVOpress)
André Bercoff s’insurge contre l’anonymisation des terroristes. Pour le journaliste, la lâcheté de ne pas voir ne permettra pas de vaincre l’islamisme radical qui sévit en France.

Dans certains médias, le floutage de gueule a déjà commencé. Demain, après-demain, d’autres décapitations se commettront dans tel ou tel lieu, d’autres camions faucheront des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants dans une ville d’ici ou d’ailleurs, d’autres soldats fanatisés viendront pratiquer une épuration identitaire dans une boîte de nuit, un restaurant ou un café. Eh bien, il sera opposé à ces criminels l’arme absolue de l’anonymat institutionnalisé.

(…)

A ce stade de schizophrénie active, on ne sait plus que penser. Comment ces gens ignorent qu’Internet et les réseaux n’arrêteront jamais de diffuser les photos, les noms et les éléments à disposition, dès qu’ils seront postés par une ou plusieurs sources?

Pour André Bercoff, il serait plus que temps d’arrêter le naufrage, car il y a encore pire que la terreur imposée par les uns : la médiocrité proposée par les autres.


rap_france

Le rap est-il devenu le style musical préféré des Français ?

30/07/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Le Parisien se demande si le rap ne serait pas en train de devenir le style musical préféré des Français en constatant que plusieurs albums arrivent à atteindre le sommet des ventes.

Le groupe S-Crew a débarqué directement numéro un mi-juin avec son 2ème album « Destins Liés ». Le marseillais Jul lui a emboité le pas, la semaine suivante, avec «Emotions », numéro un pendant 15 jours devant Christophe Maé ou encore Renaud. Et sur les plateformes de setraming, type Deezer et Spotify, on retrouve dix disques de hip-hop au 20 premières places.

Le Grand Remplacement touche-t-il donc aussi le secteur musical ?…



Le rap, musique préférée des Français ? par leparisien

Abdel Malik Petitjean

Le jour où Abdel Malik Petitjean a traité son père adoptif de « raciste »

30/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : C’est Franck Petitjean, le père adoptif d’Abdel Malik Petitjean, qui le raconte ce matin dans Sud-Ouest : « Quand j’ai voulu mettre mon fils en garde, il m’a répondu que j’étais raciste. »

Franck Petitjean, qui habite à Bordeaux, raconte que, « il y a trois mois et demi environ, mon ex-femme m’a appelé en me disant qu’elle était convoquée par l’imam d’Aix-les-Bains avec Malik. Elle m’a expliqué qu’il traînait avec des barbus. Quand j’ai voulu mettre mon fils en garde, il m’a répondu que j’étais raciste. […] En trois mois, ils l’ont endormi et lui ont retourné le cerveau. »

Et qui ça, « ils » ? Ces « barbus » mus par une idéologie indéterminée puisque le papa du barbare qui, avec Adel Kermiche, a égorgé le père Hamel à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray en est persuadé : « Daesh n’a rien à voir avec l’islam »…

Au passage, Franck Petitjean détruit les explications avancées par son ex-épouse puisque, dans ses diverses déclarations, Yamina Boukezzoula, la mère d’Abdel Malik, a affirmé qu’elle ignorait tout de la radicalisation de son fils, ce qui est donc faux. « Il ne parlait jamais de Daesh […] On est positifs nous, on parle des trucs biens », avait par exemple déclaré à BFM TV celle qui tient, il est vrai, l’assassinat du prêtre pour « une connerie à deux balles »

Franck Petitjean, relate Sud-Ouest, a reconnu Abdel Malik « en 1997 devant l’état civil alors qu’il n’avait que 5 ou 6 mois et a assuré son éducation jusqu’à la date de son divorce, en 2011 ». Et s’il l’a encore eu au téléphone début juillet, il ne l’avait pas vu « depuis un peu plus de trois ans ».

Il est en revanche le père biologique d’une fille de dix ans et demi issue de son union avec Yamina Boukezzoula, et dont il dit n’avoir « aucune nouvelle » : « J’ai peur qu’elle se venge, car elle était très proche de son frère. Je tire la sonnette d’alarme pour la sortir de là. »

Pokémon Go

La France est en guerre, les politiques jouent aux Pokémon…

29/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : La France est en guerre contre l’islamisme, mais les politiques jouent à Pokémon Go pour se distraire et faire parler d’eux. C’est réussi puisque l’AFP leur a consacré une dépêche. Il est vrai que chasser le Pokémon est moins risqué que de chasser le djihadiste…

Royaume Bisounours

Nos ennemis les islamistes, par Guy Rouvrais

Les membres du gouvernement, les éditorialistes et l’épiscopat français nous exhortent à ne pas tomber dans le « piège » que nous tend l’Etat islamique : la division, l’affrontement entre chrétiens et musulmans débouchant sur une guerre civile. Que faire alors ? Rester unis et se répandre en baisers Lamourette entre chrétiens et musulmans, gens de droite et de gauche, libéraux et socialistes, citoyens des villes et gens des champs. Alors déconcertés, si ce n’est épouvantés, par tous ces gars de France qui se tiennent la main pour faire une ronde autour de l’Hexagone, les terroristes reculeraient, n’oseraient plus trancher une seule gorge au sein d’un peuple si uni. « Damned ! Ils nous ont vaincus ! » lanceraient-ils en larmes et en arabe.

Unis, les Français ne le furent jamais autant qu’au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo qui vit des millions de personnes, de convictions et de conditions diverses, envahir le pavé parisien. Cela fut suivi de votes unanimes au Parlement. Dix mois plus tard, il y eut le 13 novembre et la suite sanglante que l’on connaît. C’est dire si les démonstrations d’unité non seulement n’impressionnent pas les tueurs islamistes mais au contraire les flattent dans leur pouvoir de mobiliser tant de foules avec peu d’hommes et de moyens.

Mais, surtout, nos moralistes et stratèges d’occasion se trompent sur l’objectif de Daesh. Ce n’est pas la guerre, ce n’est pas de provoquer un affrontement entre chrétiens et musulmans. Le but, que les islamistes proclament depuis toujours, c’est l’instauration du califat partout dans le monde, donc en France, pour la victoire finale de l’islam promise par Mahomet. La guerre sainte n’est qu’un moyen. Si nous nous soumettons volontairement en acceptant la loi islamique ou, en tant que chrétiens, la condition de dhimmi, ils n’auront plus de raisons de nous faire la guerre. Nous pouvons donc y échapper, faire cesser les attentats et les égorgements, il suffit que nous acceptions de vivre à genoux sous le glaive au lieu de nous battre pour mourir debout sous la croix. L’alternative est bien celle-là !

Nos évêques, eux, nous expliquent qu’en tant que chrétiens nous ne devons pas nous laisser envahir par la haine ou un esprit de vengeance. Certes, mais rappelons que les grands hommes de guerre, souvent chrétiens, combattent sans haine mais par amour de la patrie, la terre des pères. Comme on défend sa famille, son épouse, ses enfants, non par animosité pour ceux qui veulent les agresser mais par amour des siens. « Aimer nos ennemis » ? C’est dans l’Evangile mais cela ne résume pas toute la doctrine de l’Eglise, élaborée au fil des siècles, sur les guerres justes et injustes.

Aimer nos ennemis, c’est d’abord reconnaître que nous, chrétiens, nous avons des ennemis et que leur hostilité n’est pas soluble dans une accolade fraternelle. C’est aussi les désigner comme tels. Or, avons-nous entendu un seul évêque – ou le pape – dire : « nos ennemis les islamistes » ? Pas les musulmans – car selon Vatican II ce sont nos amis – mais seulement les islamistes ? Même pas ! Comme si, déjà, énoncer la simple vérité était gros d’on ne sait quels belliqueux sentiments ! Comment vaincre nos ennemis si nous n’osons même pas dire que ce sont des ennemis ?

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 30 juillet 2016

Christophe Pinna

Le karatéka Christophe Pinna : « S’il faut prendre les armes, on prendra les armes »

29/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Le champion du monde de karaté Christophe Pinna est né à Nice. Le 26 juillet, après les 84 morts de l’attentat islamiste de Nice et après l’assassinat par égorgement du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray par deux islamistes, il a publié ce message sur sa page Facebook suivie par près de 7 000 personnes :

« Ça suffit. Aujourd’hui dans une église. Si nos dirigeants sont des incapables, des vendus, nous devons prendre le pouvoir. Ne rien faire aujourd’hui c’est collaborer avec le terrorisme. S’il faut prendre les armes, on prendra les armes. Maintenant, ça suffit. On doit se regrouper. Je créerai bientôt une page pour nous regrouper et passer à l’action. »

Quelques heures plus tard, il a retiré le premier message et en a publié un nouveau, qui faisait écho au premier : « J’ai reçu des centaines de messages. Je ne peux malheureusement pas répondre à tous. Je vous remercie sincèrement pour votre soutien. […] Je ne me suis jamais vraiment intéressé à Facebook, sauf depuis ces dernières et tristes semaines. Ma page Perso revient à ses origines, le sport. On se retrouvera très bientôt… ailleurs. »

Christophe Pinna Message

communication-digitale

Communication digitale : de l’influence à la propagande ?

29/07/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Une bonne campagne de communication passe obligatoirement par le web. Le numérique est l’autre champ de la compétition économique mondiale.
Cela peut même aller plus loin, puisqu’une communication digitale très offensive peut s’apparenter logiquement à de la propagande.

France 24 donne la parole à François Jeanne-Beylot, fondateur du site Troover.com et expert en influence numérique.


Autriche Hofer

Présidentielle en Autriche : Norbert Hofer fait la course en tête

Autriche Hofer Gallup29/07/2016 – AUTRICHE (NOVOpress) : A deux mois et demi du deuxième tour de la présidentielle en Autriche, Norbert Hofer, le candidat du parti libéral-conservateur FPÖ, fait largement en course en tête : selon un sondage Gallup réalisé les 26 et 27 juillet, Norbert Hofer est crédité de 52 % des voix contre 48 % à son concurrent écologiste, Alexander Van der Bellen.

Pour tenir compte de la marge d’erreur, Gallup situe Norbert Hofer dans une fourchette entre 47,5 % et 56,5 % et Alexander Van der Bellen entre 43,5 % et 52,5 %. Le candidat du FPÖ devant très nettement son adversaire chez les travailleurs et dans la classe d’âge des 30-50 ans, alors que Van der Bellen est en tête dans l’électorat féminin et dans la tranche de revenus supérieurs.

Le scrutin doit avoir lieu le 2 octobre.

Cazeneuve se marre

Fillon et Cazeneuve se marrent à Notre-Dame à l’hommage au père Hamel !

29/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : François Fillon et Bernard Cazeneuve se sont bien marrés à Notre-Dame en attendant que débute la cérémonie d’hommage au père Hamel, égorgé par les terroristes islamistes dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Au vu de la photo diffusée sur Twitter, c’est ce que raconte l’ancien premier ministre qui fait rire le ministre de l’Intérieur. Genre la blague du catéchiste qui demande à Toto combien il y a de sacrements et Toto qui répond : « Y’en a plus, le curé vient de recevoir les derniers » ?

A Closer, qui avait consacré un article à la propagation de cette image, le ministère de l’Intérieur a fait savoir que « cet échange a eu lieu avant le début et non pendant la cérémonie d’hommage », un conseiller de Bernard Cazeneuve croyant bon d’ajouter : « Pourquoi le ministre n’aurait pas le droit de parler avant la cérémonie ? » Et pourquoi il n’aurait pas le droit de se bidonner quand il se croit à l’abri des caméras et des appareils photos ?

Rachid Rafaa

Alerte : Rachid Rafaa, le djihadiste marocain en fuite, s’est procuré un couteau

29/07/2016 – MARTINIQUE (NOVOpress) : En fuite depuis mercredi matin, le djihadiste marocain Rachid Rafaa, dont Marine Le Pen avait demandé l’expulsion dès janvier 2015, s’est procuré un couteau. Une commerçante de Saint-Pierre affirme en effet que l’homme lui a acheté « une arme blanche ». Assigné à résidence en Martinique depuis mai 2014 pour son appartenance présumée à AQMI, Al-Qaïda au Maghreb islamique, Rachid Rafaa s’est évaporé mercredi matin.

« Rachid Rafaa avait fait l’objet fin 2009 d’un mandat d’arrêt international émis par le Maroc pour « constitution de bande criminelle en vue de commettre des actes terroristes ». Il avait alors été placé en détention en France dans l’attente de son extradition. Mais, exprimant la crainte qu’il puisse être torturé dans son pays d’origine, la Cour européenne des droits de l’homme a interdit son extradition de manière définitive fin 2013. À ce titre, il n’est ni expulsable, ni régularisable. Un cas extraordinaire pour les autorités judiciaires… », rapporte Outre-Mer 1ère, chaîne du groupe France Télévisions.

Le 24 janvier 2015, Marine Le Pen avait demandé « l’expulsion immédiate de Rachid Rafaa vers le Maroc », ajoutant : « Il faut évidemment désobéir à la CEDH, il en va de notre sécurité intérieure. »

Rachid Rafaa  avait été interpellé en décembre 2009 dans le nord de la France, suite au mandat d’arrêt lancé par le Maroc, et d’abord placé en résidence surveillée sur l’île d’Yeu, en Vendée, avant d’être transféré en Martinique.

Rachid Rafaa MLP

Amine el Khatmi

Amine El Khatmi, élu PS : « Que les musulmans fassent le ménage »

28/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Amine El Khatmi est adjoint au maire (PS) d’Avignon, et l’un des initiateurs, avec l’universitaire Laurent Bouvet, du Manifeste pour un Printemps républicain. Il a accordé un entretien à La Provence dont nous extrayons ce passage.

Ne paie-t-on pas aujourd’hui le « politiquement correct » et l’achat de la paix sociale dans certains quartiers ?
A.E.K. : 
Bien sûr. Il y a des élus qui ont assuré leur élection et leur réélection en achetant la paix sociale, en se fourvoyant et en s’asseyant sur leurs valeurs pour quelques paquets de voix. Il y a des gens qui expliquaient en tribune qu’ils étaient des républicains et des laïcs et qui, sitôt descendus, allaient s’enfermer dans des caves avec des imams salafistes. Oui, ça existe, et il ne faut pas avoir peur de le dénoncer. Désormais, dès que vous dites un mot sur l’islam, on vous traite d’islamophobe. L’islamophobie, c’est un concept politique créé pour étouffer toute critique de la religion. Moi, dans le pays de la liberté d’expression, j’ai le droit de critiquer la religion, la mienne et celle des autres. Et ceux qui ne croient pas ont le droit de critiquer le fait que, moi, je crois en quelque chose. Aujourd’hui, il y a cette espèce d’épée de Damoclès dès que vous dites un mot sur l’islam. […]

Le Conseil français du culte musulman est-il un interlocuteur crédible ? 
A.E.K. : Non. Dès sa création, il était traversé par des tensions entre Marocains, Tunisiens et Algériens. Et puis, je ne suis pas sûr qu’un ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy en l’occurrence à l’époque, ait vocation à créer une structure religieuse. Il fallait que cela émane des musulmans de France spontanément. Autrement, ça ne pouvait pas marcher.

Faut-il voir naître un « islam européen », comme le souhaite le vice-président de la Conférence des imams de France, Houcine Drouiche ?
A.E.K. : 
Il ne faut pas que les musulmans attendent de la sphère politique qu’elle vienne s’ingérer dans leurs affaires. Il faut qu’ils se prennent en main et qu’ils fassent d’abord le ménage chez eux. Qu’ils commencent par ça. Parce qu’il y a trop de complaisances, de choses qu’on laisse passer…

Peut-on encore tolérer prêches en arabe et financements étrangers ?
A.E.K. : 
Non, ce n’est pas acceptable. Et là aussi, la situation récente le rend encore plus nécessaire. Mais je crois aussi, et c’est un point de désaccord avec Manuel Valls, qu’on ne peut pas poursuivre des relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, qui sont des pays dont on sait qu’ils ont financé des mouvements djihadistes.

Andre Gérin islam

André Gérin : « La France est gangrenée par l’islamisme »

28/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « La France est gangrenée par l’islamisme » écrit André Gerin, ancien député-maire (PCF) de Vénissieux (Rhône), dans une lettre à François Hollande qu’il lui a expédiée le mardi 26 juillet, alors qu’un « nouvel attentat barbare de l’État islamique était en train d’avoir lieu à Saint-Etienne-du-Rouvray ». C’est cette lettre que nous publions ci-dessous dans son intégralité.

André GérinMonsieur le Président de la République, Cher François,

J’ai écouté attentivement vos interventions lors du soutien que vous avez exprimé en direction des familles des victimes de l’attentat de Nice et plus largement au peuple niçois. C’est en ma qualité de communiste et républicain que je me permets de réagir car je considère que l’heure est grave.

Dans votre discours, vous avez appelé la France « à faire bloc », en leur assurant que « l’exécutif ne céderait pas face à une guerre que le terrorisme nous livre ». Cet appel ne sera entendu que si vous affichez votre détermination et votre fermeté pour lutter contre le terrorisme. Les Français veulent avoir la certitude que le gouvernement met tout en œuvre pour les protéger. Jusqu’à ce jour, le peuple a fait preuve d’une infinie patience, d’un remarquable sang-froid face à la barbarie et aux violences quotidiennes qui traversent notre pays. Mais jusqu’à quand cette patience va-t-elle durer ? Notre démocratie est en danger. Le délitement de la société que l’on a tous constaté, contient des germes de guerre civile. Il ne faut pas non plus exclure un séisme d’une ampleur inconnue que la crise politique et sociale peut provoquer.

Un big-bang politique s’impose de toute urgence. C’est une initiative inédite qui vous appartient et dont vous pouvez avoir l’autorité. Elle doit être solide et durable sur cinq ans sur la question du terrorisme, avec la mise en commun d’un diagnostic partagé et l’apport de réponses politiques prépondérantes. Vous avez d’ailleurs franchi un premier pas lorsque vous avez remercié la gauche comme la droite d’avoir voté le prolongement de l’état d’urgence. Notre pays vit une terrible épreuve. C’est peut-être l’occasion pour vous, Président de la République, de réunir, sans a priori, toutes les forces politiques républicaines. Un geste fort qui permettrait de créer une réelle dynamique. Car un diagnostic vital de la situation de notre pays est obligatoire.

Gauche comme droite doivent nécessairement changer leur logiciel et sortir de leur condition partisane tellement surannée et rejetée par la majorité des électeurs. Il ne faut pas que se reproduise le spectacle minable qu’une partie de la droite nous a servi au lendemain de l’attaque terroriste de Nice, tellement obnubilée par les élections de 2017. Le Parti socialiste avait eu des agissements analogues lors des attentats de Montauban et de Toulouse en 2012.

Les Français, durement éprouvés, en ont plus qu’assez de la vie politique telle qu’elle fonctionne dans notre pays. Le moment est donc venu d’ébranler nos certitudes, nos dérisoires et ridicules querelles politiciennes.

Nous le savons, l’ennemi est immergé au sein de la population et dans nos villes. Le terreau sur lequel les terroristes islamistes nourrissent leur violence est lié aux trafics de drogue, d’armes et à la misère endémique.

Je l’affirme haut et fort : Oui la France est gangrenée par l’islamisme. Depuis les années 1990, nous savons où se loge la radicalisation qui s’est développée et n’a cessé de se renforcer. C’est dans les banlieues que les idéologies islamistes et salafistes se sont implantées. Cette période a connu l’arrivée en masse, d’anciens islamistes algériens du Front islamiste de salut, mais également celle du Groupe islamiste armé (GIA), époque où ils ont quitté l’Algérie en pleine guerre civile (Nice et ses environs sont apparus comme des destinations géographiques évidentes). Personne dans le Rhône, n’a oublié Khaled Kelkal, membre du GIA, impliqué dans plusieurs attentats meurtriers au cours de l’été 1995 dont celui du métro Saint-Michel – huit morts et 117 blessés.

A partir de cette période, une véritable idéologie de rupture et de haine de la France s’est développée, pourrissant la tête de nos gamins et la vie de nos quartiers. Elle s’est insinuée tel un virus idéologique, communautariste, antisémite, complotiste, anti France et anti-blanc, diffusant en continu sa haine de la France. En 2004, j’ai fait expulser de France, l’imam Bouziane de Vénissieux, l’un des responsables salafistes au plan national. Rappelons-nous les trois semaines d’émeute en novembre 2005, sous influence des islamistes. Leur cible prioritaire : brûler des voitures et frapper les symboles de la République. 800 communes touchées. Des milliers de voitures incendiées et des centaines de symboles de la République visés.

Reconnaissons-le honnêtement : Oui, il y a des territoires perdus de la République.

Quand les ghettos sociaux deviennent des ghettos ethniques, le constat est clair : le quartier n’est plus black, blanc beur, c’est le communautarisme qui prédomine et la loi de la charia qui devient la norme dans l’espace public. Certes avec effroi, nous observons que ceux qui applaudissent les crimes et la barbarie à Charlie Hebdo, l’hyper casher et Nice, ont pour héros Kelkal ou Mérah.

Certains de nos adolescents ne se considèrent pas comme étant français. Ils sont d’abord et avant tout musulmans. Ils l’affirment avec arrogance et nous distillent les discours préformatés et victimaires qui leur ont été inoculés. Ce sont les mêmes qui contestent violemment les cours d’histoire, de biologie ou de sciences naturelles. Dans de nombreux territoires de notre pays, sévissent enfermement et endoctrinement qui révèlent la dimension prégnante de l’islam politique. Cette emprise idéologique, culturelle et spirituelle est une entrave à l’intégration républicaine. Elle est toujours sous-estimée, voire ignorée et pèse lourdement sur la communauté musulmane.

C’est cette chape de plomb idéologique qu’il faut faire sauter car elle nourrit l’amalgame. Avec l’islam instrumentalisé, sont mises en avant des revendications ethno-religieuses portées par des jeunes radicalisés, en voie de délinquance, qui deviennent la proie des salafistes.

Monsieur le Président, nous ne pouvons plus tourner autour du pot quoi qu’il en coûte à notre confort personnel, intellectuel et politique avant que la société n’explose. Renforçons les mesures sécuritaires et militaires. Faisons-le sans état d’âme.

Sortons de l’emprise de ceux qui opposent sécurité et liberté et de cet angélisme culpabilisant. Refusons sans ambages les postures désarmantes encore vivaces à gauche, relayées par des médias et des intellectuels, au nom de la culture de la tolérance et du doute, et condamnons les discours gauchistes anti-flics et anti-Etat qui écœurent les classes populaires, dégoûtées par ce catéchisme moral et anti raciste.

Là-aussi, monsieur le Président de la République, le gouvernement ne doit pas transiger. Je pense que nous devons nous diriger vers une concorde nationale.

Droite et gauche doivent s’unir face à cet impératif : assumer le diagnostic commun en définissant l’ennemi intérieur. C’est la seule manière de lutter contre la barbarie de l’idéologie islamiste. C’est ce qu’attend le peuple de France. De l’audace, du courage politique et de la fermeté.
J’ai quelques propositions à vous soumettre :

  • Dans l’immédiat, le retour renforcé de l’autorité régalienne de l’Etat et la remise en cause du laxisme pénal. La hausse massive des budgets régaliens et de sécurité est prioritaire dès maintenant. Nous devons apprendre à vivre avec le risque terroriste pour renforcer la cohésion nationale.
  • Lorsque j’étais député, j’avais déposé le 11 mai 2005, la proposition de loi n° 2316 relative à la création d’un service civique national obligatoire, mixte, dès l’âge de 16 ans. C’est peut-être une idée à reprendre afin de renouer avec l’esprit du service militaire de conscription, en finir avec les cloisonnements et la ghettoïsation, recréer la cohésion autour de la Nation et faire revivre l’esprit patriotique.
  • La loi contre le port du voile intégral doit être appliquée. Il ne faut plus tergiverser sur ce sujet. Cela nécessite de véritables moyens dans les commissariats de police concernés mais aussi, d’impliquer directement les responsables du culte musulman dans leur coresponsabilité vis-à-vis de la loi républicaine.
  • Mettre hors d’état de nuire les terroristes potentiels, revoir la question des frontières nationales. Elles sont à réhabiliter en terme de protection. Par ailleurs, il y a obligation de retrouver la maîtrise des flux migratoires.

J’ai la conviction qu’il nous faut franchir une étape sans précédent pour rétablir l’ordre républicain et redonner à l’État, son autorité et sa légitimité. Voyons ce qui se passe depuis le 14 juillet, voitures brûlées, caillassage, guet-apens, et ces jours-ci dans l’Oise, à Beaumont-sur-Oise et dans les environs. Pour moi il n’y a pas de hasard, tout se tient.

Cette réalité enkystée dans la société depuis plusieurs décennies, entretient ce que j’ai coutume d’appeler une gangrène où tous les oiseaux de malheur, trafiquants et salafistes en profitent pour pourrir la vie et la République. Il faut en finir avec cette banalisation et appliquer la tolérance zéro. Cela va des incivilités, aux actes criminels, en passant par le non-respect de la loi, dans tous les lieux et pour tous les domaines.

Voilà, monsieur le Président de la République, cher François, ce que je souhaitais vous exprimer suite à votre appel.

Dites aux Français que vous avez confiance en eux, comme chef de guerre contre le terrorisme islamiste.

Dites à nos concitoyens musulmans qu’ils doivent se mobiliser autour d’un islam spirituel compatible avec la République et contre ceux qui instrumentalisent leur foi, en dénonçant les intégristes, les idéologies salafistes et les frères musulmans.

Affirmez votre détermination et votre fermeté. C’est un appel à la mobilisation de tous, de tous les instants afin de créer un grand mouvement populaire et citoyen pour un sursaut républicain et un réveil civique.

Car nous avons tous mal à la France.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, Cher François, l’expression de ma haute considération.

André Gerin

Texte repris du blog d’André Gerin

Kermiche Prêtre

Adel Kermiche : « Tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim »

28/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon c’est fini » : tel est le message que Adel Kermiche a partagé, via l’application Telegram, avec 200 personnes – oui, deux cents ! – le mardi 19 juillet, soit une semaine avant qu’il ne passe à l’acte à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Cette révélation émane de L’Express, qui « s’est procuré plusieurs fichiers audio enregistrés » par le jeune djihadiste. Car « pendant des semaines, il a tout raconté dans des enregistrements audio aux allures de journal intime de propagande ». Et il l’a fait « à un cercle restreint d’environ 200 personnes sur sa chaîne privée » sur Telegram…

Dans l’un [de ces fichiers], intitulé « Plutôt hijra [exil, NDLR] ou attentat? », diffusé le 19 juillet, le jeune homme répond dans un long monologue à une question qu’on lui aurait posée. « Si tu veux aller au Shâm [rejoindre l’organisation État islamique, NDLR] c’est assez compliqué vu que les frontières sont fermées. Autant attaquer ici », lance le jeune homme avant d’esquisser l’ébauche de son projet meurtrier.

« Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon c’est fini », glisse-t-il, non sans avoir préalablement invité ses auditeurs, dans un langage d’adolescent, à l’imiter et « faire un truc de ouf ».

Et surtout, ajoute L’Express, « Adel Kermiche indique que c’est « un guide spirituel » qui l’a inspiré. « En prison [à Fleury-Mérogis où il a été enfermé du 22 mai 2015 au 22 mars 2016 après avoir tenté de rejoindre Daech pour la deuxième fois, en 2015, Ndlr] avec mon cheikh, il m’a donné des idées“ ».

Chard Anonymiser

Anonymiser les terroristes islamistes ? Le quotidien Présent s’y refuse

28/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Par un article signé de Pierre Malpouge et un dessin de Chard (ci-dessus) à paraître dans Présent daté du 29 juillet, le quotidien se refuse à anonymer les terroristes islamistes, contrairement à ce que commencent à pratiquer plusieurs médias comme Europe 1 ou Le Monde.

Présent explique que cette idée d’« anonymisation » est « épineuse (elle ne concernerait que les médias français mais pas les médias étrangers) » et « perverse » :

« Perverse car il en irait de cette anonymisation pour les terroristes comme des délinquants déjà désignés comme des “personnes“ ou des “individus“ à l’origine et à l’identité non définies alors que l’on sait que dans leur ensemble ce ne sont pas des Esquimaux. Ce qui permettrait cependant au gouvernement laxiste de ne pas “stigmatiser“ aux yeux des Français de souche une certaine fange de la population, allogènes ou convertis. »

Le quotidien cite également, pour l’approuver, Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro, qui déclare : « Le nom des terroristes est un élément d’information objectif essentiel et nécessaire pour comprendre ce qui se joue sur notre sol et notre devoir est de le porter à la connaissance des lecteurs ou des internautes. Alexis Brézet précise : « Voir ce que l’on voit et le dire : c’est l’essence même de notre métier de journaliste. »

A noter que, par un tweet, l’hebdomadaire Minute avait annoncé dès hier qu’il continuerait à publier les noms de « ces salopards » :

Prison Lille-Annœulin

Trop belle la vie pour les islamistes incarcérés !

28/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Parmi tous les islamistes incarcérés dans les prisons françaises, soixante-quatre le sont dans des « unités dédiées », des quartiers réservés, dans les établissements pénitentiaires, à ces « détenus radicalisés ». Des « unités dédiées » ont été créées dans les prisons de Fresnes (Val-de-Marne), Osny (Val d’Oise), Fleury-Mérogis (Essonne), et Lille-Annœullin, dans le Nord, où ils sont traités comme des coqs en pâte !

Adeline Hazan, contrôleur général des lieux de privation de liberté – et ancienne présidente du Syndicat de la magistrature –, a néanmoins voulu s’en assurer. Début juillet, elle a rendu un « Rapport sur la prise en charge de la radicalisation islamiste en milieu carcéral : les unités dédiées ouvertes en 2016 ». Elle y manifestait quelques inquiétudes. Aussi Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice, a-t-il voulu la rassurer par une lettre dont nous publions ci-dessous des passages.

Le garde des Sceaux précise par exemple que les détenus regroupés dans l’« unité dédiée » de Lille-Annœulin, réservée à ceux « qui sont réputés les plus hermétiques à toute remise en question », ne sont pas plus mal lotis que les autres, au contraire : eux aussi ont le droit de recevoir les visites de proches, et eux aussi peuvent profiter des « unités de vie familiale », ces appartements meublés « où la personne détenue peut recevoir sa famille dans l’intimité » !

Jean-Jacques Urvoas écrit encore que « lors de leur arrivée dans les unités [dédiées], une partie des personnes détenues, notamment des prévenus, a manifesté son opposition quant à son affectation en unité en raison de craintes de stigmatisation » (sic). Mais tout s’est arrangé !

« Au fil des semaines, ajoute Urvoas, on peut se féliciter de ce que l’adhésion se soit révélée plutôt globale. » Pourquoi un tel revirement ?

« Le travail d’adhésion, explique-t-il, a été facilité par les conditions de détention spécifiques (encellulement individuel, entretiens individuels nombreux, programme de prise en charge bien compris) et par l’accès aux infrastructures de l’établissement (activités en détention ordinaire, travail pénitentiaire, terrain de sport). »

Autrement dit, a commenté l’hebdomadaire Minute dans son numéro du 20 juillet 2016, détaillant ces quartiers cinq étoiles pour les djihadistes, « dès que les islamistes ont compris qu’ils étaient mieux traités dans les “unités dédiées“ que dans une taule ordinaire, ils ont plébiscité le dispositif ! »

Djihadistes Prison 1

Djihadistes Prison 2

Djihadistes Prison 3