À la une

Harald Vilimsky (FPÖ) : « Nous voulons ramener le pouvoir de Bruxelles »

17/04/2014 – VIENNE (NOVOpress Österreich) - Le secrétaire général du FPÖ, Harald Vilimsky, a été élu à l’unanimité premier candidat du parti pour les élections européennes. Dans une interview récente, il a annoncé que l’Union européenne était, selon lui, sur ​​une mauvaise piste. Vilimsky énumère ainsi les 26 millions de chômeurs, la pauvreté rampante et la faiblesse de l’euro, qui réduit le pouvoir d’achat. Souverainiste, il souhaite que les États-nations retrouvent leurs compétences en lieu et place d’une politique d’un « conducteur à contresens » que mène l’UE, qui s’engage dans l’intérêt des banques et de la grande industrie. Tout comme le Front National en France, son équivalent autrichien FPÖ devrait s’en sortir haut la main pour les élections européennes. Source : unzensuriert.at


Harald Vilimsky était jusqu’à présent le deuxième secrétaire général du FPÖ, bien connu pour sa faible activité à l’intérieur du parti, mais aussi pour son opposition au premier secrétaire général Herbert Kickl (qui a l’oreille de Strache). C’est la raison la plus probable pour laquelle Harald Vilimsky se voit reléguer à Bruxelles. Vilimsky succède à Andreas Mölzer après que ce dernier ait été limogé par le FPÖ, à la suite d’une campagne ciblée de la presse et les partis de gauche qui s’étaient excités au sujet de quelques remarques politiquement incorrectes. En réalité, Mölzer a été évincé car sa politique visant à la formation d’une alliance des partis patriotes en Europe a été sans grand succès. Il est également haï par nombre de dirigeants du FPÖ car il publie son propre journal “Zur Zeit” pour lequel le FPÖ a été contraint à accorder des subventions sous la forme de publicités, et parce qu’il a adopté au sein du parti une politique dynastique.

Crédit photo : Daniel Hrncir via Flickr (cc)

La première voiture de police «Big Brother» est testée à Evry

17/04/2014 – VIDÉO LE PARISIEN - Pas une plaque d’immatriculation ne lui échappe. Unique en France, une voiture qui compte huit caméras implantées dans le gyrophare est testée depuis samedi et durant un an par la police municipale d’Evry (Essonne). Elle traque avec une efficacité redoutable les véhicules volés ou recherchés pour n’importe quelle infraction. Le système permet également de repérer et verbaliser en temps réel les stationnements gênants. A terme, il pourra relever les excès de vitesse ou les défauts de contrôle technique par exemple. Roulez, vous êtes filmés !

Publié le
Facebook veut se lancer dans le transfert de monnaie électronique

Facebook veut se lancer dans le transfert de monnaie électronique

Le siège social de Facebook. Crédit photo : Coolcaesar via Wikipédia (cc).

17/04/2014 – PALO ALTO (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Profitant de sa très large diffusion, le réseau social Facebook entend accroître les interactions entre individus. Jusque-là limitées à l’échange de messages instantanés, et au partage de contenus audiovisuels ainsi que de textes, Facebook entend se lancer dans le transfert de monnaie électronique.

L’entreprise américaine espère ainsi augmenter son emprise et se rendre un peu plus indispensable à ses millions d’utilisateurs. Facebook tirerait des revenus en prélevant un pourcentage sur chacun des transferts effectués grâce à ses services. La monnaie électronique est un système qui s’est grandement développé. Toutefois, certains analystes pointent un marché déjà très saturé et incertain.

Vu sur Twitter

Moscou dénonce un “mur de censure infranchissable” sur l’Ukraine dans les médias occidentaux

 

Publié le
Ukraine : agresseur et victime, la partialité de l’Occident pousse Poutine à l’affrontement

Ukraine : agresseur et victime, la partialité de l’Occident pousse Poutine à l’affrontement

Ci-dessus : manifestation de russophones à Donetz.

Des Kosovars qui veulent se séparer de la Serbie sont des patriotes, des russophones qui veulent se séparer de l’Ukraine sont des terroristes.

L’hypocrisie et la partialité des américano-européens est certainement le facteur le plus dangereux de la crise ukrainienne et le risque majeur de dérapage vers un conflit militaire. Il est évident que le pouvoir russe soutient les russophones d’Ukraine dans une volonté d’obtenir de Kiev plus d’autonomie pour les provinces de l’est du pays. Cela se fait certainement par la prise en main de manifestants sincères, un peu comme les Usa l’ont fait pendant la révolution orange avec non pas des forces spéciales mais des organisations non gouvernementales instrumentalisées.

Le pouvoir ukrainien de fait a donc tenté de reprendre la main par une intervention policière et armée qui ne semble pas se passer exactement comme prévue.

Lire la suite

Photo du jour : la château de Predjama

Photo du jour : le château de Predjama

16/04/2014 – PREDJAMA (NOVOpress / Wikipédia) - Au sud-ouest de la Slovénie, non loin de la frontière italienne, existe une région au relief montagneux, où l’on trouve de nombreuses grottes. À l’entrée de l’une d’entre elles se trouve le château le plus connu de Slovénie, le “grad” Predjama. Il fut édifié au XIIIème siècle à flanc de falaise, dans une énorme cavité, à 123 mètres au-dessus d’un gouffre karstique. Le château est en grande partie troglodyte. Il a été rendu célèbre par un certain Érasme (Erazem Predjamski en slovène, mais qui n’a rien à voir avec le célèbre humaniste), chevalier-brigand qui prit parti contre l’empereur autrichien Frédéric III au XVème siècle, alors que celui-ci guerroyait contre le roi hongrois Mathias Korvin Ier. Le châtelain Érasme se battit aux côtés de ce dernier. Le roi hongrois fut vaincu et Érasme se vengea en tuant un proche de l’empereur d’Autriche. Poursuivi par les troupes impériales, le chevalier-brigand se réfugia dans son château réputé imprenable et résista pendant un an, assiégé par le commandant de la garnison de Trieste envoyé par l’empereur, profitant des multiples grottes attenantes au château de Predjama pour se ravitailler. Il fut finalement tué en 1484 après une trahison. La légende dit qu’il repose sous la place de la localité de Predjama à portée de vue de son château, sous l’immense tilleul planté par sa fiancée. En 1988, le groupe de musique industrielle Laibach y a tourné le clip de son adaptation “Sympathy for the devil”, des Rolling Stones.

Crédit photo : popdog via Flick (cc)

Henry de Lesquen : "L’union des croyants, piège pour la droite"

Henry de Lesquen : “L’union des croyants, piège pour la droite”

16/04/2014 – PARIS (NOVOpress)
Depuis quelques temps des catholiques français, très engagés contre la loi Taubira et les modificatiosn anthropologiques désirées par le gouvernement socialiste voient d’un bon oeil une alliance avec les musulmans. Henry de Lesquen, président du Club de l’Horloge et patron d’émission à Radio Courtoisie, s’insurge contre cela. Novopress l’a interrogé à cette occasion.


Henry de Lesquen, pourquoi vous opposez vous à un rapprochement politique des catholiques et des musulmans ?

Je ne parlerai pas des musulmans en bloc, c’est l’islam qui doit nous préoccuper. Jules Monnerot disait que le communisme était l’islam du XXe siècle, c’est-à-dire un projet idéologique de conquête du monde. J’ai proposé d’inverser la formule : l’islam est le communisme du XXIe siècle. Si cela est vrai, il est aussi sot ou criminel, aujourd’hui, pour un catholique, de s’acoquiner avec l’islam, c’est-à-dire, en pratique, avec les organisations islamiques telles que l’UOIF, qu’il l’était hier de faire cause commune avec le parti communiste et ses représentants.

N’y a-t-il pas des intérêts communs aux catholiques et aux musulmans, par exemple en matière de culture de vie ou sur le rejet de l’idéologie du genre ?

Je ne crois pas que les musulmans convaincus soient très ardents à combattre l’avortement, mais il est certain qu’ils repoussent avec horreur la théorie du genre et le mariage homosexuel. Ils vont même plus loin : en Malaisie, pays musulman, le chef de l’opposition a été condamné à cinq ans de prison pour sodomie – sans, du reste, que les media occidentaux et les grandes consciences frelatées ne s’en émeuvent, comme ils auraient dû ! Mais il ne faut pas que, pour obtenir des résultats tactiques secondaires, on oublie l’essentiel, qui est d’empêcher l’islamisation de notre pays.

Lire la suite